Les différents types de contrat obsèques

Pourquoi penser à un contrat obsèques de son vivant ?   On ne sait jamais de quoi demain sera fait. Pour prévoir des funérailles dans les règles et ne pas causer d’éventuels problèmes à vos proches pour l’organisation des obsèques, un contrat obsèques auprès d’un assureur vous permettra de régler le coût et l’organisation de vos funérailles tant que vous êtes encore en vie.   Quels sont les différents contrats obsèques ?   On distingue deux types de contrats obsèques à savoir le « contrat obsèques en capital » et le « contrat obsèques en prestation ». Le contrat obsèques peut être souscrit auprès d’une compagnie d’assurances ou auprès d’une mutuelle qui devra veiller au respect des désirs de l’assuré concernant ses obsèques. Le souscripteur peut choisir une société de pompes funèbres ou un proche comme bénéficiaire. Tant qu’il est encore en vie, l’assuré se réserve le droit de revoir le contenu de son contrat.   Le contrat en capital   Il s’agit ni plus ni moins que de constituer un « capital funérailles » de son vivant, sous forme de contrat d’épargne. Les cotisations sont versées au bénéfice de l’établissement funéraire choisi pour prendre en charge les funérailles au décès du souscripteur. Le seul risque est que les bénéficiaires pourraient ne pas utiliser l’intégralité de la somme.   Le contrat en prestation   Ce type de contrat est également désigné sous le terme de « convention obsèques ». Dans ce cas-ci, le souscripteur organise et finance ses funérailles de son vivant. Cette option engage l’assureur à une double prestation : il devra non seulement verser le capital à la compagnie funéraire bénéficiaire, mais il devra également veiller à ce que le service funéraire respecte les dernières volontés du défunt.   Quelles sont les modalités de financement ?   L’assuré peut choisir de constituer son capital pour ses funérailles de plusieurs manières. -       Soit en effectuant un versement unique à la signature du contrat ; -       Soit en effectuant plusieurs versements : par mois, par trimestre ; -       Soit en versant des cotisations régulières jusqu’à son décès. Pour les deux derniers cas qui peuvent comporter des paiements différés, on pourra envisager l’application d’un délai de carence.

Tags:



A découvrir également: